Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Fin de chantier pour le Dojo Jean-Zay

Fin de chantier pour le Dojo Jean-Zay

Dojo © Ville de Saint-Jean de Braye Dojo

Le Dojo Jean-Zay, détruit par le feu en juillet 2015, renaît de ses cendres. Il a pu ouvrir ses portes aux associations sportives et aux écoles le 18 septembre dernier.

L’incendie du Dojo Jean-Zay, le 9 juillet 2015, reste un traumatisme pour les nombreux Abraysiens, écoliers et les associations sportives qui le fréquentaient depuis presque trente ans. La reconstruction était une évidence pour la collectivité. Un projet qui a duré deux ans et qui s’est déroulé en deux temps.
Dans un premier temps, une phase de réflexion a été menée, en lien avec les associations sportives locales (la SMOC Karaté, la SMOC Gymnastique Volontaire et les Arts Martiaux Chinois) et les écoles afin de tenir compte de leurs différents besoins en termes d’espace d’activités et de stockage mais également d’équipements. Des réunions de travail ont été mises en place rapidement. Elles ont permis notamment une réflexion sur l’agencement des locaux. Dans un second temps, la phase de travaux a été enclenchée. Celle-ci, en lien avec le cabinet d’architectes orléanais Vaconsin-Mazaud, a duré un an. Le but étant de reconstruire ce dojo dans la continuité du bâtiment
de l’école maternelle Jean-Zay, actuellement en réhabilitation, mais également de concilier avec l’esthétisme de l’écoquartier du Hameau.

La volonté de ne rien réinventer

Le souhait était également de ne pas "réinventer" le dojo mais de repartir sur ce qui existait auparavant.
Comme l’ancien, le nouveau dojo fait 402,50 m². Il comporte aussi un espace de motricité de 60 m² dédié aux activités périscolaires. Un bureau pour les associations a également été créé.
L’aire de combat mesure 12 m par 12 m et une cloison mobile permet de la séparer lorsque plusieurs activités se déroulent en même temps.
Le dojo a été pensé et agencé pour l’accueil de personnes en situation de handicap. De larges fenêtres ont été installées pour augmenter la luminosité et réduire les dépenses énergétiques.
Deux entrées distinctes ont également été prévues, une pour les associations sportives et une pour les enfants de l’école Jean-Zay.

 

Un projet subventionné par le Conseil Départemental

La reconstruction du Dojo Jean-Zay a coûté 700 000 euros, dont 40 000 euros pour l’acquisition de nouveaux matériels pédagogiques qui ont été, eux aussi, détruits par les flammes. Le Conseil Départemental a quant à lui subventionné ce projet à hauteur de 114 000 euros.
C’est à l’unanimité que les différent porteurs du projet ont décidé de conserver le nom du « Dojo Jean-Zay. », Un véritable symbole et une volonté de faire perdurer ce lieu intergénérationnel.

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora