Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Miramion : le végétal a son domaine

Miramion : le végétal a son domaine

Publié le 6 octobre 2016 par Sophie DIEULOUARD
Miramion © Ville de Saint-Jean de Braye Miramion

En 2013, la ville a acquis la propriété de Miramion.

Le projet d’aménagement comprend notamment la création d’un parc public, d’un jardin spécialement dédié au Conservatoire National du Chrysanthème ainsi que l’installation d’associations abraysiennes œuvrant dans le domaine environnemental. En attendant, vous pourrez découvrir ou redécouvrir le site, à l’occasion de l’exposition du Chrysanthème. Tilleuls, marronniers, boisements, plaine arborée… Miramion est doté d’une flore riche et variée. Dans le cadre du projet de réhabilitation du site, une étude phytosanitaire a été réalisée par l’Agence de l’Arbre au début de l’année 2016 et a abouti à plusieurs conclusions et préconisations.

Le cas des marronniers

Cela fait près de 20 ans que l’alignement des 22 marronniers situés à l’entrée principale du site ne sont plus suivis et entretenus. Ils sont affaiblis par des maladies au niveau des têtes, pouvant provoquer des chutes de branches. Ils seront donc les premiers à faire l’objet d’un abattage et d’une restauration en vue de l’exposition du Chrysanthème du mois de novembre qui va accueillir un public nombreux et nécessiter par conséquent un site sécurisé.

Miramion : un patrimoine végétal à restaurer

Une large majorité des 426 espèces du parc de Miramion arrive en fi n de vie. Nombre d’entre elles présentent des pathologies. Certaines sont d’origine naturelle. Parmi elles, les trous d’insectes et de piverts par exemple, ont formé des points de pourriture sur une centaine de sujets. De plus, les impondérables tels que les tempêtes ou la foudre ont pu générer des torsions au niveau des arbres, entraînant des fissures et bourrelets.
D’autres pathologies, en revanche, sont du fait de l’homme et ont pour cause les modes de gestion du patrimoine arboré. Ainsi, des tailles trop brutales ont, dans le passé, fragilisé les écorces.
Sans ces protections naturelles, les champignons, bactéries, virus et parasites se sont infiltrés. Puis, l’absence d’entretien durant de longues années a aussi abouti à fragiliser les espèces : la croissance des arbres non gérée a altéré leur tenue et leur résistance mécanique.
Par conséquent, un plan de restauration, comprenant élagage, abattage et plantation doit être mis en place. Il est important de rappeler que la ville sera, en ce qui concerne Miramion, dans une approche de parc et non dans une approche d’espace naturel.
Il y a une réelle différence dans la méthodologie utilisée. S’il est possible de laisser un arbre mort au cœur d’un espace naturel, il n’en est pas de même dans un parc destiné à accueillir du public.

Le chrysanthème : à la rencontre du roi de l’automne

Le public sera amené à découvrir le chrysanthème sous l’angle du « jardin d’automne » du 11 au 13 novembre, de 9h30 à 18h, à Miramion. Demandez le programme !

L’EXPOSITION

Déployée dans l’allée principale, à l’intérieur de la demeure et à l’arrière, l’exposition du Chrysanthème s’annonce foisonnante et surprenante.
Les différents types de cultures (chrysanthèmes uniflores ou cascades, fleurs coupées ou potées) et les multiples formes de fleurs (spider, alvéolées, pompons, rayonnantes, incurvées) seront représentées. Vous
pensez que le chrysanthème ne sert qu’à fleurir les cimetières ? La ville et les nombreuses associations présentes vous invitent à venir changer d’avis !
Le Conservatoire National du Chrysanthème, la Pomone, l’Abeille abraysienne, la SHOL, Loiret Nature Environnement et le lycée horticole de la Mouillère auront leurs stands. Le public profitera aussi de la musique de l’association Tradabou, du land’art de Boudouill’Art et des motoculteurs de collection de M.Herpin.

L’exposition du chrysanthème sera ponctuée de rencontres
Le baptême du Chrysanthème Paul Lemaire. Le 10 novembre à 18 heures, le Chrysanthème Paul Lemaire sera baptisé. Il est issu d’une hybridation (croisement du mâle et de la femelle) de 2011 réalisée par Gérard Juhel, ancien chrysanthémique et actuel président du Conservatoire National du Chrysanthème (CNC). La nouvelle espèce a été testée 3 ans durant, afin de voir si la fleur est intéressante et suffisamment résistante.*
Du vendredi au dimanche à 11 heures, une visite du parc sera proposée par les élus municipaux.
Samedi à 14h30, Daniel Meret, président de la section abraysienne de la SHOL proposera une démonstration d’art floral.
Gratuit

* Le Chrysanthème Paul Lemaire est en fait le chrysanthème anciennement appelé Anne Frank. Il avait été sélectionné par le public parmi 10 espèces lors de l’édition 2014. Il a été renommé Paul Lemaire car la fondation Anne Frank basée à Amsterdam dispose des droits sur le nom d’Anne Frank

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora