Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Réouverture de la ligne Orléans-Châteauneuf : la ville rend un avis défavorable

Réouverture de la ligne Orléans-Châteauneuf : la ville rend un avis défavorable

Publié le 7 décembre 2017 par Sylvain BRIENT
Ligne de train Orléans-Châteauneuf © Ville de Saint-Jean de Braye Ligne de train Orléans-Châteauneuf

Lors du conseil municipal du 17 novembre la ville a rendu un avis défavorable à la réouverture au trafic voyageur de la ligne Orléans-Châteauneuf sur Loire. Explications.

L’enquête publique qui s’est déroulée du 16 octobre au 22 novembre a suscité nombre de participations citoyennes. Près de cinq registres d’enquêtes, de questionnements et de débats, tant ce projet impacte la ville et ses habitants. Sollicitée une
première fois en avril, la Ville avait émis un avis favorable conditionné par plusieurs remarques.

La question du bruit

La première portait sur la préservation de la qualité de vie des abraysiens et les nuisances sonores. Des études complémentaires ont été fournies par SNCF Réseau ainsi que divers engagements tels que la pose de protections sonores, la limitation de la vitesse des trains à 70 km/h et l’absence de circulation de 22 h à 6 h du matin. Mais ce n’est qu’une réponse partielle aux remarques de la ville.

 
La fluidité des circulations

Une autre remarque portait sur la fluidité des circulations, notamment du nord au sud. Les réponses apportées sur la fermeture des passages à niveau de l’avenue du Capitaine Jean et rue de Roche restent in suf fi santes.
Elles ne prennent pas en compte la prolongation éventuelle de la ligne B du tramway ni la continuité des circulations douces et n’apportent pas de précisions satisfaisantes sur les mesures compensatoires.
En outre, SNCF Réseau n’évoque pas le franchissement de la Loire envisagé dans le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) approuvé en 2008, alors qu’il s’agit d’une obligation, quelle que soit l’échéance de réalisation du pont.
Et qu’en sera-t-il de l’impact du passage des trains sur la circulation des trams, pourtant sur des voies parallèles et contiguës, du Pont Bordeau à République ?

David Thiberge, maire

« Mettre en oeuvre la réouverture d’une ligne fermée depuis près de 80 ans – depuis le 15 mai 1939 – est quasiment impossible parce que la ville, les villes se sont faites autour. Il y a sur ce dossier des échelles d’appréciation différentes. Je pense qu’à l’échelle régionale le projet est séduisant sur le plan de l’aménagement du territoire. Mais, plus je me rapproche d’une analyse micro géographique, à l’échelle de la ville et de ses habitants, plus je constate que la réouverture est quasiment impossible. »

Halte de centre-ville et développement durable
L’aménagement précis de la halte prévue en centre-ville n’est pas plus  évoqué, alors que la ville souhaitait favoriser la desserte des équipements du centre-ville comme le lycée Jacques Monod ou la Halle des sports.
Enfin, il apparaît que les exigences de la ville en matière de préservation de la biodiversité ne sont pas suffisamment respectées. La circulation des trains entraînerait notamment la suppression d’une partie de la trame verte « cœur d’îlots ». SNCF Réseau propose des replantations arbustives en compensation et fait part de sa volonté forte de rechercher des alternatives à l’utilisation des produits phytosanitaires par la pose de géotextile sur la voie.
En résumé, la municipalité constate que les réponses aux remarques énoncées dans son avis du 21 avril 2017 sont insuffisantes, voire insatisfaisantes ou absentes. C’est pourquoi, lors de la réunion du conseil municipal du 17 novembre 2017, la ville a, en l’état actuel du dossier, rendu un avis défavorable au projet de réouverture de la ligne.

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora