Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Un nouvel hommage à Gaudier Brzeska

Un nouvel hommage à Gaudier Brzeska

Publié le 3 juillet 2017 par Sophie DIEULOUARD
Château d'eau © Gildas Thomas Le château d'eau République tel qu'il sera à l'issue de la mise en peinture

En ce début d'été, un nouvel hommage est rendu au sculpteur abraysien Henri Gaudier-Brzeska. Le château d’eau de la rue de la République est actuellement mis en peinture pour graver le souvenir de l’artiste dans le paysage de la ville.

Lancé en 2015, à l’occasion du centenaire de sa mort, l’hommage rendu à l’artiste abraysien atteint maintenant sa dernière étape. Après le lancement d’un appel d’offre l’hiver dernier, huit candidatures ont été reçues pour réaliser une peinture monumentale sur le château de la République, inspirée de Gaudier-Brzeska. L’artiste Gildas Thomas a été retenu. Château d’eau, fresques , trompes l’œil, graffitis… de nombreux bâtiments publics à travers la France sont passés sous ses pinceaux.

 

Dans la nuit du mercredi 28 juin au jeudi 29 juin, la première étape a été réalisée.
Les contours de l’œuvre qui ont été projetés à grande échelle sur le château d’eau afin que l'artiste dessine les contours. Cette performance artistique a préfiguré deux semaines de travail.

 

Le projet abraysien revêt pour lui un caractère singulier : « c’est mon métier de répondre aux appels d’offres , mais celui-ci avait vraiment quelque chose de particulier. Là, il s’agissait vraiment de se renseigner » avant de passer à la proposition artistique. « J’ai essayé de travailler à la manière de Gaudier-Brzeska », explique Gildas Thomas, avant de continuer « je suis parti d’une forme plus réaliste que le résultat, de manière à ce que l’on puisse voir autre chose ».
Gildas Thomas s’est aussi inspiré de la symbolique du château d’eau : ainsi, des porteurs d’eau seront-ils visibles sur le bâtiment. Issus d’un travail sur la répartition entre les masses, les vides et les pleins, ces porteurs orneront le château telle une sculpture, en résonance à la discipline artistique dans laquelle s’illustrait Henri Gaudier-Brzeska.

Du sur mesure

Cette réalisation est un vrai défi car les contraintes techniques sont nombreuses sur le château d’eau :
« il y avait eu une première visite de chantier sur place, on avait constaté des problématiques » précise Gildas, « j’ai conçu à partir de ça, et géré en fonction des contraintes . » Concernant les couleurs choisies, l’artiste a pris soin d’ancrer le projet sur notre territoire ligérien, choisissant des couleurs neutres « d’inspiration terreuse et aquatique » en harmonie avec les coloris du Val de Loire (le jaune du sable, le bleu de l’eau…).

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora