Vous êtes dans : Accueil > Aménagement urbanisme > PLU, plan local d'urbanisme > Articles > Révision du Plan Local d'Urbanisme : le diagnostic

Révision du Plan Local d'Urbanisme : le diagnostic

Publié le 8 octobre 2015
Extrait du Plan local d'urbanisme © Ville de Saint-Jean de Braye Extrait du Plan local d'urbanisme (PLU)

Les études menées en association par les cabinets techniques et les services municipaux ainsi que les différents temps de concertation organisés ont permis de dresser un diagnostic complet et partagé de Saint-Jean de Braye. Au regard des travaux réalisés et dans la perspective d’un nouveau projet de ville, plusieurs enjeux ont été identifiés :

Saint-Jean de Braye, un cadre de vie entre vie et campagne

Saint-Jean de Braye offre un cadre de vie privilégié à ses habitants de par la richesse de ses paysages et de son tissu urbain, la diversité de ses milieux naturels mais aussi la gestion des risques et des nuisances auxquels la ville est sujette.
Pour garantir aux Abraysiens un environnement de qualité, il est essentiel d’œuvrer en faveur de la préservation et la valorisation de l’ensemble de ces caractéristiques notamment par le renforcement de la Trame Verte et Bleue, des vues remarquables, etc.

 

Offrir une variété de logements pour accompagner la croissance démographique

Soutenue par un solde naturel fort, la croissance démographique que connaît la ville depuis presque 50 ans entraîne des évolutions de sa population. Vieillissement, augmentation des 0-14 ans, baisse de la taille des ménages : autant d’éléments à accompagner tout en renforçant l’attractivité de la commune - pour les jeunes couples par exemple - et ainsi maintenir la diversité des ménages sur le territoire. Il est donc essentiel pour la municipalité d’offrir la possibilité d’un parcours résidentiel complet et diversifié en maintenant un rythme de construction qui s’inscrit dans les objectifs intercommunaux.

 

Adapter l'offre en services et équipements aux nouveaux besoins

Peuplée au 1er janvier 2015 de 20 021 habitants, la ville voit les besoins de ses administrés évoluer tout autant que leurs profils. Bien pourvue en équipements et services qu’ils soient sportifs, scolaires ou culturels, la ville doit poursuivre ses efforts dans ces domaines et adapter son offre à l’évolution de sa population. Au-delà des projets de développement tels que la maison de la santé ou la question de la réhabilitation de l’ex-clinique des Longues Allées, la question de l’accessibilité en modes doux (piétons et cyclistes) de ces équipements est un enjeu majeur.

Poursuivre une politique de mobilité en cohérence avec le développement urbain

Pour accompagner de manière cohérente son développement urbain, la Ville souhaite poursuivre ses actions en faveur des modes de transports alternatifs à la voiture, qui représentent encore le mode privilégié de déplacement : renforcer son réseau de transports en commun déjà bien complet (tramway et bus) et accroître le réseau de liaisons douces déjà existant (73 kilomètres d’itinéraires cyclables). De la même manière, un travail sera effectué pour encadrer le stationnement dont la gestion dans certains secteurs est problématique.

Conforter les activités existantes et permettre l'accueil de nouvelles entreprises

Entre 2006 et 2011, la ville a connu une hausse du nombre d’actifs (personnes ayant un emploi) de 6% mais une baisse du nombre d’emploi sur le territoire communal de 3%. En 2011, elle compte 10 358 emplois et 9 674 actifs principalement des employés et des professions intermédiaires, 47% à eux deux. Outre les spécificités liées aux activités agricoles, l’offre commerciale est aussi à noter. Malgré des quartiers dépourvus, les commerces, organisés en pôles majeurs et de proximité, sont équitablement répartis et permettent de répondre aux besoins de première nécessité des Abraysiens. De ce potentiel, il est nécessaire de conforter les activités et commerces existants et permettre l’accueil de nouvelles entreprises afin de redynamiser le développement économique du territoire sur le long terme.

 

Limiter la consommation d'espace

Avec un peu plus de 41 hectares consommés entre 2004 et 2014 (principalement des logements), les espaces agricoles et naturels représentent encore 40% du territoire communal contre 34,4% d’habitat. Néanmoins, la Ville doit limiter l’étalement urbain et s’interroger sur le devenir de certaines zones à urbaniser notamment en ce qui concerne la densité dans les futures opérations.

 

Eau et déchets, une bonne gestion à optimiser

Que ce soit sur la qualité de l’eau potable, sa distribution ou le traitement des eaux usées et pluviales, Saint-Jean de Braye bénéficie d’une gestion de la ressource de qualité. Cette dynamique doit être poursuivie pour sécuriser davantage la ressource en eau potable et en améliorant la gestion des eaux pluviales par le recours à des techniques alternatives et la maîtrise de l’imperméabilisation des sols. A l’instar de l’eau, la gestion des déchets s’avère tout aussi efficace avec de gros progrès dans le tri sélectif et la valorisation des déchets. Cette situation est confortée par une réduction de la production de déchets qui doit se poursuivre.

Adapter la ville au changement climatique

Face à certains chiffres - 72,6% des logements en 2011 ont plus de 20 ans, 74,9% des actifs travaillent hors de la commune et seulement 10,6 utilisent les transports en commun, etc. - et dans un contexte de changements climatiques, Saint-Jean de Braye doit réagir. Ainsi, il est fixé comme objectif d’améliorer les performances énergétiques du bâti existant ou de développer l’attractivité de l’offre alternative à la voiture. Par ailleurs, la Ville se veut volontariste dans l’utilisation d’énergies renouvelables locales qui pourront être mobilisées : le solaire, la géothermie, le développement d’une filière bois-énergie, l’observation des principes du bioclimatisme dans les projets urbains, etc.

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora