Vous êtes dans : Accueil > La ville > Histoire et patrimoine > Histoire de la ville, généralités > Patrimoine

Le patrimoine abraysien

Promeneurs sur les bords du canal à Saint-Jean de Braye © Ville de Saint-Jean de Braye Les bords du canal d'Orléans à Saint-Jean de Braye sont un lieu de promenade très apprécié.

Bordée par la Loire et le canal d'Orléans, la ville possède un riche passé marinier qui a laissé de nombreuses traces architecturales.

La Loire et le canal

Le paysage du bord de Loire n'est nulle part ailleurs ce qu'il est à Saint-Jean de Braye. L'histoire rapporte qu'autrefois les eaux de la Loire laissaient la place à une prairie humide entre son lit et les collines, arrosée de divers ruisseaux. Des îles étaient nombreuses, la plupart disparues à cause des inondations et des interventions de l'homme.

La navigation fluviale fut très importante avant 1851 (transport du bois, navigation des gabares, les " Inexplosibles " et les " Paquebots de Loire ").Elle se trouva remise en cause avec l'arrivée du chemin de fer mais aussi par l'irrégularité du fleuve :débordement ou ensablement. De 1829 à 1831 on avait bien construit le duit (petite digue au milieu du lit) mais ce remède ne fut pas infaillible et la navigation était toujours aussi aléatoire.

Au XIX ème siècle et au début du XX ème siècle, les activités liées au fleuve ont été importantes : mariniers, pêcheurs, tireurs de sable ou de jard, dragueurs, passeurs qui transportaient de nombreux abraysiens ou la population des communes voisines jusqu'au duit face à l'église ou à St Loup et ce jusqu'à une date récente.

Le canal inséré dans le lit même du fleuve impose sa rigueur et sa force au coteau. Ce canal, qui va de Combleux jusqu'à Orléans a été construit de 1908 à 1912 ; les travaux de finitions furent interrompus pendant la guerre de 1914. Il fut inauguré le 03 juillet 1921 par le ministre des travaux publics de l'époque, Monsieur Le Troquer. Des péniches halées par des baudets, ensuite par des moteurs, y ont navigué jusqu'en 1951. Il nous offre aujourd'hui, dans un site classé au patrimoine national de l'UNESCO, l'un des plus beaux lieux de promenade de l'agglomération. Il passe par la Fonderie de cloches Bollée, le port Saint Loup et l'église du bourg de Saint-Jean de Braye.

Fonderie de cloches et Musée campanaire Bollée

Maître saintier de la fonderie Bollée

Jean-Baptiste Amédée Bollée, fondeur ambulant, s'installe en 1838 à Saint-Jean de Braye, non loin de Saint Loup. Huit générations de Maîtres Saintiers de la même famille se sont succédées depuis dans cette Fonderie toujours en activité. Les carillons qui en sont sortis au fil du temps résonnent dans plus de 60 cathédrales : Orléans, Tours, Chartres, Ottawa, Yamoussoukro. A côté se dresse une éolienne métallique datant de 1872, édifiée aussi par la famille Bollée, classée monument historique en 1991.

Elle servait en temps que pompe à eau et a été endommagée par la tempête de décembre 1999, d'où sa restauration en 2008/2009.

 

Musée campanaire Bollée 156, Faubourg de Bourgogne - renseignements : 02.38.86.29.47

 

Créé en 1992, le Musée campanaire Bollée retrace la fabrication complète d'une cloche et présente de nombreux outils, appareils et objets liés au métier de Maître Saintier

L'église Saint-Jean Baptiste

Le bourg est dominé par le clocher massif de l'église Saint-Jean Baptiste. Commencée vers 1143, grâce au concours de Pierre d'Amboise, abbé de la Grande Sauve de Bordeaux, du roi Louis VII et de Raynard, prieur de Semoy , l'église présente un mélange d'éléments architecturaux romans et gothiques, caractéristiques de l'époque. Si l'extérieur fait preuve d'une grande sobriété, dans l'esprit de l'architecture romane, l'intérieur de la nef est marqué par l'élégance des colonnades et arcs ogivaux d'inspiration gothique. L'église a été classée monument historique en 1910. Depuis 2008, d'importants travaux de rénovation des abords ont donné au bourg et aux bords de Loire un nouveau cachet.

© Groupe Histoire Locale du Comité des Sages de Saint-Jean de Braye (2009) .

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora