Vous êtes dans : Accueil > La ville > Histoire et patrimoine > Les maires de la ville de 1790 à 1983 > Jules Dulong : maire septembre 1830 à septembre 1846

Jules Dulong : maire septembre 1830 à septembre 1846

Publié le 31 janvier 2014 par Sylvain BRIENT
La place de l'église Saint-Jean Baptiste avec ses deux rangées d'ormes plantés en 1843. © Ville de Saint-Jean de Braye / Archives municipales La place de l'église Saint-Jean Baptiste avec ses deux rangées d'ormes plantés en 1843.

Propriétaire du château de Bionne, Jules Dulong est nommé maire par le Préfet le 11 septembre 1830 et installé dans ses fonctions le 13 suivant après avoir prêté le serment suivant : « je jure fidélité au roi des Français, obéissance à la Charte constitutionnelle et aux lois du royaume ».

Des élections municipales eurent lieu le 11 septembre 1831 où l’assemblée des électeurs « censitaires », c’est-à-dire des citoyens payant une certaine quotité d’impôt, a procédé à la nomination de 12 élus. Il faut rappeler que c’est la révolution de 1848 qui a supprimé les « censitaires » et instauré le suffrage universel. Jules Dulong fut réélu maire par arrêté du Préfet pour une durée de 3 ans.

Après l’achat du terrain en 1831, le nouveau cimetière est ouvert un an plus tard. Celui attenant à l’église paroissiale est immédiatement fermé.

Concernant l’enseignement, une école primaire de filles est établie en juillet 1832 dans le quartier de Vomimbert (route de Pithiviers) à la maison de la Croix d’Or, elle est déplacée en avril 1837 sur une nouvelle maison à la Grillère, rue de la Gare. Une seconde école de filles est ouverte en 1845 au bourg à l’emplacement actuel des Tamaris ; elle est dirigée par les Sœurs de la Charité de Bourges.
Quant à l’école de garçons, si elle existait déjà au bourg dans la maison presbytérale, elle a été transférée en 1842 dans un bâtiment construit sur l’emplacement de l’ancien cimetière avec une salle réservée pour la Mairie et le logement pour l’instituteur.

C’est à cette période, début 1843, que deux rangées d’ormes ont été plantées sur la place de l’église avec la construction d’une figure en pierre de taille aux angles d’un are carré afin que les habitants puissent s’habituer à cette nouvelle mesure agraire.

De nouveaux arrêtés communaux sont enregistrés et portent sur la révision du contrôle de la garde nationale, l’anniversaire des journées de juillet 1830…  Il est interdit à tous les individus, étrangers ou non de la commune de mendier ou d’entrer sans permission d’un propriétaire, soit dans une habitation, soit dans un enclos ou dépendant. Par contre, la commune donne une participation financière pour l’établissement d’un dépôt de mendicité dans le département.

Il est d’ailleurs demandé à tous les abraysiens d’entretenir leur maison au moyen de fréquents lavages, d’éloigner des habitations tous les fumiers en les transportant dans la vigne dans un délai de 48 heures. Tout ceci pour la propreté et la salubrité de la commune.

© Groupe Histoire locale du Comité des sages de la ville de Saint-Jean de Braye  

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora