Vous êtes dans : Accueil > La ville > Histoire et patrimoine > Les maires de la ville de 1790 à 1983 > Noël Augustin Dumuys-Ravot : maire d'avril 1813 à septembre 1830

Noël Augustin Dumuys-Ravot : maire d'avril 1813 à septembre 1830

Publié le 31 janvier 2014 par Sylvain BRIENT
Vendangeuses dans les vignes du Clos Brouard vers 1920. © Ville de Saint-Jean de Braye / Archives municipales Vendangeuses dans les vignes du Clos Brouard vers 1920.

Noël Augustin Dumuys-Ravot a été nommé maire le 5 avril 1813 par arrêté du Préfet du 22 mars et a prêté le serment voulu par la loi : « je jure obéissance aux constitutions de l’Empire et fidélité à l’empereur ».

A cette époque tous les maires, les adjoints et les membres du Conseil Municipal étaient nommés par arrêté du Préfet. Le maire convoquait les membres du Conseil municipal à la suite d’une lettre, d’un décret, d’une autorisation du préfet pour tout ce qui concernait la commune : révision des comptes et budgets, réalisation de travaux, réparation, fixation du ban des vendanges, prestations en nature dues par chaque abraysien.

Le maire prenait des arrêtés concernant l’entretien des chemins et fossés, l’échenillage des arbres et des haies, la destruction d’insectes dans les vignes, l’interdiction aux conducteurs de troupeaux de laisser paître leurs animaux dans certaines rues de la commune, etc.…. Le garde-champêtre devait veiller à la bonne exécution de ces arrêtés.

En juin 1814 on relève dans le registre des délibérations du Conseil Municipal un texte sur « la paix définitivement conclue avec toutes les puissances de l’Europe  ». A ce sujet, il faut préciser qu’en février 1814 de nombreux combats eurent lieu sur la commune de Saint-Loup au Carré (route de Gien) avec les Cosaques lesquels ont été poursuivis jusqu’à Chécy.

 Le 15 avril 1815, suite au retour de l’Empereur de l’île d’Elbe, le maire donne l’ordre de placer un drapeau tricolore au clocher. En décembre de la même année, pour finir l’intermède désastreux des Cent Jours , le Conseil Municipal, réuni pour prêter serment au Roi, demande l’autorisation d’acheter un drapeau blanc pour le placer au clocher.

En 1826 on envisage la translation du cimetière alors implanté autour de l’église. Ce n’est qu’en 1829 qu’un nouveau terrain est proposé et acquis seulement en septembre 1831 (emplacement de l’ancien cimetière actuel).

Noël Augustin Dumuys-Ravot donne sa démission lors de la proclamation de l’avènement de Louis-Philippe le 9 août 1830.

Deux petites anecdotes pour terminer ce mandat :

  • En 1821 une somme de 100 francs de l’époque a été versée à Monsieur le Receveur général du département pour l’acquisition du domaine de Chambord lequel devait être offert à S.A.R. Monseigneur le Duc de Bordeaux, la commune est donc propriétaire d’une petite parcelle de ce domaine.
  • En 1829 le Conseil Municipal décidait la révocation du garde-champêtre au motif que son service était très mal fait, etc. Ce dernier n’avait peut être pas tout à fait tort de ne pas faire de zèle car il se sentait tenu à l’écart, on avait tout simplement oublié d’inscrire son salaire au budget, on le paiera plus tard avait-on dit.

© Groupe Histoire locale du Comité des sages de la ville de Saint-Jean de Braye   

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora