Ville de Saint Jean de Braye

Saint-Jean de Braye Semoy
Saint-Jean de Braye
Accédez à votre espace
Semoy
Accédez à votre espace
Vos formalités en ligne

Contacter le Service de l'eau

  • Par mail : complétez ce formulaire
  • Par téléphone : vous pouvez nous joindre au 02 38 14 16 05
  • Un accueil physique du public est assuré au 43 rue de la Mairie (au rez-de-chaussée, bureau à gauche) : vendredi de 8h45 à 12h. Sur rendez-vous en dehors de ces horaires.
  • En cas d’urgence, en dehors des horaires définis, votre appel sera pris en charge par notre équipe d’astreinte.
  • Adresse : Mairie de Saint-Jean de Braye / Service de l’Eau
    43 rue de la Mairie 
    CS 90009 45801 Saint-Jean de Braye cedex

Vous êtes dans : Accueil > Portail de l'eau > Conseils pratiques > Du forage au robinet : le réseau de Saint-Jean de Braye

Du forage au robinet : le réseau de Saint-Jean de Braye

Plongée au cœur du forage et d'une ascension du château d’eau de la Fosse Belaude qui alimente désormais l’ensemble des Abraysiens.

Qui y’a-t-il dans ces géants de béton qui ponctuent notre paysage ? Comment l’eau extraite de la nappe phréatique de Beauce arrive-t-elle à notre robinet ? Quels sont les traitements nécessaires pour la rendre potable ? Autant de questions que l’on se pose tous à un moment ou un autre.

Pour y répondre, il faut prendre les choses à la source, c’est à dire à environ 40 mètres de profondeur. Loin de ressembler à un lac souterrain, la nappe de Beauce qui nous alimente s’apparente davantage à une sorte d’éponge constituée de roches où est stockée une quantité importante d’eau. Pour la prélever à la Fosse Belaude, trois colonnes reliées à une pompe ont été installées pour constituer la tête de forage.

L’eau extraite du sol est amenée dans la station de traitement située juste au pied du château. Celle-ci a récemment fait l’objet de travaux pour doubler sa capacité qui passe maintenant à 400 m3 à l’heure, ce qui a permis de supprimer le forage de la rue de la République.

L’eau ferrugineuse non !

La filière de traitement débute par une déferrisation biologique. L’eau est aérée et envoyée sous pression dans un filtre de sable. Une oxydation se produit en quelques secondes et le fer contenu dans l’eau se transforme en rouille avant de se fixer aux grains de sable. Sur le même principe, on retire ensuite le manganèse. Ces deux opérations ont pour objectif de réduire les dépôts dans les installations et surtout d’éviter d’avoir une eau trouble ou colorée au robinet. On passe ensuite à la phase de désinfection qui se fait par adjonction de chlore, à raison de 0.3 mg par litre. Une quantité relativement importante mais devenue obligatoire depuis le 11 septembre 2001 et la mise en place du plan Vigipirate afin de prévenir tous risques de pollution bactériologique volontaire.

Une eau calcaire

L’eau de Saint-Jean de Braye est calcaire, vous l’avez tous constaté, les appareils ménagers n’apprécient pas vraiment. Mais, pour la consommation, elle est bonne, la quantité de calcaire est semblable à certaines eaux achetées en bouteille. Autre atout :l’eau puisée très profondément dans la nappe de Beauce est exempte de pesticides, ce que constate régulièrement la DDASS.

 

Un système inventé par les Romains

Au sortir de la station de traitement, l’eau est totalement potable et directement envoyée au sommet du château d’eau à 40 mètres du sol. A raison d’un bar de pression pour 10 mètres d’altitude, la pression de l’eau à la sortie du château sera de 4 bars, ce qui est suffisant pour alimenter toute la ville. On n’a pas encore trouvé de meilleur système pour l’adduction d’eau que ce dispositif inventé par les Romains dans l’Antiquité.
Toujours par le principe des vases communicants, l’eau du château d’eau de Fosse Belaude (2000 m3) est ensuite envoyée dans les deux autres de République (1500 m3) et Verdun (1000 m3) ce qui permet à la ville de disposer d’une réserve totale de 3500 m3 soit l’équivalent d’une journée de consommation en plein été. L’eau est ensuite répartie dans le réseau de distribution et arrive au robinet…tout simplement.