Vous êtes dans : Accueil > Services municipaux > Prévention Sécurité > La sécurité routière > Stationnement : véhicules et trottoirs ne font pas toujours bon ménage !

Stationnement : véhicules et trottoirs ne font pas toujours bon ménage !

© DR

Nous sommes tous piétons à un moment donné, alors ayons un comportement citoyen lorsque nous sommes en voiture afin de ne pas gêner la circulation des piétons sur les trottoirs.

 

© DR

Respect des places handicapés

Les “places handicapés” sont des emplacements de stationnement réservés aux véhicules portant une carte de stationnement pour personnes handicapées. Le stationnement abusif sur ces emplacements, par un véhicule ne portant pas de macaron GIC (Grand Invalide Civil) ou GIG (Grand Invalide de Guerre), est sanctionné par le code de la route. Respectez les places de parking dites “protégées” et soyez tolérants, respectueux et solidaires envers ces personnes.

Le stationnement d'un véhicule sur le trottoir est autorisé uniquement lorsque les emplacements y sont matérialisés à la peinture. Dans ce cas, garez votre véhicule à cet emplacement sans qu'il déborde afin de ne pas perturber la circulation. Tout autre stationnement sur trottoir est strictement interdit y compris devant chez vous. Cela gêne l’accessibilité des piétons. Pensez aux personnes à mobilité réduite, qu'il s'agisse des mamans avec des poussettes, des personnes âgées ou des handicapés, qui sont alors contraints de se mettre en danger en descendant sur la chaussée.

 

Le stationnement unilatéral, gage de sécurité
Pour organiser le stationnement tout en régulant la vitesse dans les rues où le stationnement est permis mais non matérialisé au sol, la règle qui s'applique est celle du stationnement unilatéral par quinzaine. Ce dispositif prévu par le code de la route (et indiqué sur les panneaux d'entrée de ville), vous permet de vous garer sur la chaussée le long du trottoir. Le stationnement se fait par quinzaine, c'est-à-dire du côté des numéros de rue impair du 1er au 15 du mois, et du côté pair du 16 au 31 du mois.

 

Quels sont les contraventions concernant le stationnement gênant ?
Définition juridique : « Est considéré comme gênant la circulation publique, l'arrêt ou le stationnement d'un véhicule sur les trottoirs, les passages ou accotements réservés à la circulation des piétons ».
L'arrêt ou le stationnement gênant, est puni par la loi. Il s'agit d'une contravention de deuxième classe soit 35 euros d'amende à payer dans les 45 jours. Une majoration à 75 euros est appliquée pour le paiement hors délai. Lorsque le conducteur du véhicule est absent ou refuse de déplacer son véhicule, l'immobilisation et la mise en fourrière peuvent être prescrites.

Haut de page
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.
eZ publish © Inovagora