Lettre de Vanessa Slimani, maire de Saint-Jean de Braye, à Jean Castex, Premier ministre

Saint-Jean de Braye, le 4 novembre 2020

Monsieur le Premier ministre,

 

J’ai l’honneur d’appeler votre attention sur l’incompréhension que provoquent certaines mesures prises par votre Gouvernement pour appliquer le confinement. Tant les habitants que les commerçants me font part de leurs questionnements, voire de leur colère. Je partage leur inquiétude et j’ai à cœur de m’en faire l’écho auprès de vous.

Je salue la décision que vous avez prise de garder ouvertes les écoles. En revanche, il est regrettable que le soutien au secteur culturel ne soit pas plus affirmé. Je suis maire et conseillère départementale d’un territoire qui fut celui de Jean Zay, ministre de l’Éducation et des Beaux-arts. Je suis convaincue, tout comme il l’était, qu’éducation et culture sont indissociables.

L’école, institution fondamentale de la République, est le premier lieu de culture pour un grand nombre. Mais il faut aussi pouvoir, en cette période de confinement et en ces temps troublés où nous devons tous lutter contre les obscurantismes, retrouver des lieux extérieurs à l’école où s’exprime la culture, par exemple dans une vraie librairie ou une association. La culture, la connaissance et le vivre ensemble sont un rempart et une arme pour faire face aux dérives sectaires et radicales qui se multiplient et ne pas connaître d’événements dramatiques comme ceux que la France vit actuellement. Laisser s’ouvrir les librairies et travailler le secteur culturel relève d’un service de première nécessité.

De première nécessité, les commerces de proximité le sont également. Les communes rencontrent de grandes difficultés à les soutenir pour les maintenir au plus près des habitants. Vous savez combien le premier confinement a mis en difficulté les commerçants. Ils ont su, au moment du déconfinement, adapter leurs magasins et fournir à la clientèle les outils nécessaires pour exiger d’elle les gestes sanitaires et de protection contre le virus. Ils vivent aujourd’hui cette nouvelle décision de fermeture comme une injustice. Ils ne peuvent ni la comprendre ni l’admettre alors que dans le même temps la grande distribution et la vente en ligne demeurent autorisées.

Saint-Jean de Braye est une ville en transition. Nous faisons en sorte que nos actions permettent aux habitants de modifier leurs habitudes de consommation, autrement qu’à la périphérie de la métropole, de retrouver la proximité et le lien avec leurs commerçants. Ces arguments ont été largement évoqués dans des débats et dans les médias au cours du premier confinement. Devraient-ils rester lettre morte alors que nous formons tous le vœu d’une société plus solidaire, responsable et fraternelle ?

C’est pourquoi, Monsieur le Premier ministre, je me permets de vous interpeler. Je souhaite vivement que vous entendiez les demandes justifiées des acteurs culturels et des corps de métiers qui ont eu à souffrir du premier confinement. Ils ont su apporter à la population les services dont elle avait besoin en étant souvent ingénieux et innovants pour les proposer. Pourquoi, aujourd’hui, ne pourraient-ils pas poursuivre leur activité avec le même esprit responsable et respectueux des consignes qu’ils ont scrupuleusement appliquées au moment du déconfinement ?

Je vous remercie de votre attention et vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, en l’assurance de ma haute considération.

 

Vanessa SLIMANI

Maire de Saint-Jean de Braye
Conseillère départementale du Loiret

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×